samedi 24 août 2019

L'histoire illustrée de Cang Jie, le créateur légendaire des caractères chinois

Visuel de l'édition française

Cang Jie, l'inventeur de l'écriture chinoise en vente sur Amazon

Cang Jie, l'inventeur des caractères chinois (titre original :仓颉造字), ouvrage consacré au célèbre historiographe de l'Empereur jaune (2698-2598 av. J.-C.) et inventeur légendaire de l'écriture chinoise, vient de paraître aux Éditions Pacifica. Ce projet de traduction, lancé à la fin du mois de février 2019 par M. Zhu Renlai 朱人来, Directeur de cette maison d'édition basée à Paris et spécialisée dans la traduction et l'interculturel entre la France et l'Asie, aura nécessité un mois et demi de travail. Le texte ainsi que les illustrations en noir et blanc sont l'œuvre de Chen Shouzhi 陈守智, grand passionné de ce personnage mythique, qui est originaire, tout comme lui, du Shaanxi 陕西, province du centre de la Chine, considérée comme le berceau de la civilisation chinoise.





         序

汉字是全世界最古老的文字之一。探究汉字起源,人们会问,甲骨文是怎样形成的呢?结绳记事是怎么回事?图像、符号、鸟迹书、象形字,它们又是因何而萌发的呢?
在中国的传说中,是史官仓颉创造了汉字。
然而,文字是人民群众在劳动过程中创造出来的,在另一方面,古柏、古墓(位于国家级重点文物保护单位仓颉庙内)这些实实在在的先贤遗迹,说明史官仓颉确有其人,他是千千万万个造字者的杰出代表。诚如荀子所言:“好书者众矣,而仓颉独传者,一也。
作者陈守智以绘画形式和简明的文字,给读者展现了他对传奇人物仓颉的研究,从而叙述了汉字的起源及其演变。

Préface

L'écriture chinoise est l'une des plus anciennes au monde et lorsqu'on étudie l'origine des caractères chinois, plusieurs questions se posent. Comment sont nés les fameux jiaguwen甲骨文 ou "inscriptions divinatoires gravées sur des os et des carapaces de tortue" ? Qu'est-il advenu du système de notation par cordelettes nouées ? Comment sont nés les images, les signes, l'écriture dite des traces d'oiseau et les pictogrammes ?
Selon la tradition chinoise, l'inventeur des caractères chinois serait un historiographe du nom de Cang Jie 倉頡. Néanmoins, c'est le peuple chinois qui, en travaillant, les a façonnés.
Par ailleurs, tous ces vestiges laissés par l'ancien sage, comme le cyprès millénaire et la vieille sépulture (situés tous deux à l’intérieur du temple qui lui est dédié), démontrent que cet illustre personnage, éminent représentant des innombrables contributeurs à la création de l'écriture chinoise,  a réellement existé.
 Comme l'a écrit Xunzi荀子: « Nombreux étaient ceux qui jadis aimaient écrire. Mais si seul le nom de Cang Jie s’est perpétué, c'est parce que celui-ci s'appliquait uniquement à cette tâche. » (chap. XXI, Jie Bi 解蔽 « Dissiper les illusions »).
 Par le biais d'illustrations et de textes concis, Chen Shouzhi, l'auteur de cet ouvrage, nous fait part du résultat de ses recherches sur ce personnage légendaire, relatant ainsi l'origine et l'évolution des caractères chinois.






Visuel de la version originale chinoise publiée pour la première fois en janvier 2016 aux éditions 陕西人民美术出版社 (« Éditions des Beaux-Arts Populaires du Shaanxi »)

Extraits de l'édition chinoise :


Processus d'évolution de certains pictogrammes inventés par Cang Jie.

Temple de Cang Jie, district de Baishui (Shaanxi).




Cang Jie, l'inventeur mythique des caractères chinois, représenté avec les quatre yeux que lui prête la tradition, lui permettant de voir les secrets que recèlent le ciel et  la terre.
A la recherche des signes (symboles).


Sur les origines de l'écriture chinoise, voir notamment le texte de la conférence donnée par Françoise Bottéro en mai 2009 à l'Université de Lyon 2 et intitulée "Légendes sur l'origine de l'écriture chinoise" :

"Légendes sur l'origine de l'écriture chinoise" par F. Bottéro, chargée de recherche au CNRS




samedi 10 août 2019

Les chimères du Classique des Monts et des Mers illustrées par Shan Ze 杉泽

Très belle découverte que ce magnifique ouvrage dans lequel ont été compilées toutes les créatures fantastiques mentionnées dans le Shanhaijing 山海经ou Classique des Mont et des Mers, célèbre recueil de données géographiques et de légendes anciennes compilé entre le IVe et le Ier siècle avant notre ère. 
L'ouvrage, qui fait un peu plus de 400 pages, est composé d'extraits du Shanhaijing en chinois classique, de commentaires en chinois moderne, ainsi que d'illustrations pleine page. 



Lu Wu  陆吾
Meng Ji 孟极
Sheng Sheng 狌狌

Pour admirer les œuvres de Shan Ze, l'artiste qui a illustré ce bel ouvrage, je vous invite à visiter sa page Internet. 
C'est par ici : https://www.zcool.com.cn/u/571774/

PS : Grand merci à Chen Qi 陈淇, alias "l'Hippo de Shanghai".
   

samedi 15 décembre 2018

Souvenirs de Hulan He

Souvenirs de Hulan He 呼兰河传qui sortira début 2019 (Nouvel An chinois oblige) aux Editions de la Cerise et dont j'ai assuré la traduction, est l'adaptation graphique du célèbre roman de l'écrivaine chinoise Xiao Hong 萧红 (1911-1942) qui a été traduit en français en 2011 par Simone Cros-Moréa sous le titre : "Les contes de la rivière Hulan" (Paris : Editions You Feng). Souvenirs de Hulan He, qui a fait l'objet d'un long travail d'adaptation, est magnifiquement illustré par Hou Guoliang 候国良, un artiste chinois né en 1946 dans le district de Tailai 泰来 (province de Heilongjiang).















***

Née le 1er juin 1911 à Hulan, comté de la province actuelle du Heilongjiang et morte le 22 février 1942 à Hong Kong, Xiao Hong, Zhang Naiying 张乃莹 de son vrai nom, est une auteure chinoise de fiction connue pour ses romans et ses récits dont les histoires se déroulent dans le nord-est de la Chine des années 30. C'est pour échapper à un mariage arrangé qu'elle quitte la maison familiale en 1930. Commence alors pour elle une vie errante. En 1932, elle rencontre l'écrivain Xiao Jun 萧军 (ca 1907-1988) et s'installe avec lui. Elle écrit sa toute première nouvelle Wang asao de si 王阿嫂的死 (« La mort de Sœur Wang ») en 1933. En 1934, le couple quitte le nord-est pour Qingdao dans le Shandong, où Xiao Hong termine son roman intitulé Shengsichang 生死场 (« Terre de vie et de mort »). La même année, ils se rendent à Shanghai, où, grâce au célèbre écrivain Lu Xun 鲁迅 (1881-1936), Shengsichang est publié aux éditions Shanghai Rongguan Shuju 上海容光书局出版 (décembre 1935) . Elle commence alors à se faire un nom dans les cercles littéraires shanghaïens. Lu Xun encense ce roman qui décrit avec minutie la vie et les luttes des habitants du Nord-Est et dit de Xiao Hong : « Elle détrônera un jour Ding Ling (1904-1986) en tant qu'écrivaine chinoise la plus célèbre ». En 1936, afin de faire table rase du passé, elle décide de s'installer à Tokyo où elle continue son travail d'écriture (Niucheshang 牛车上). Après le déclenchement de la guerre sino-japonaise en 1937 et son retour au pays, Xiao Hong change plusieurs fois de ville (Xi'an, Wuhan). Elle se sépare de Xiao Jun en 1938 et épousera plus tard Duanmu Hongliang 端木蕻良 (1912-1996) , un autre écrivain qu'elle suivra d'abord à Chongqing puis à Hong Kong. En 1940, très malade, elle écrit le roman satirique Ma Bole马伯乐 ainsi que Huiyi Lu Xun Xiansheng 回忆鲁迅先生 (« En Souvenir de Mr Luxun »). La même année, elle s'installe à Hong Kong où elle termine l'écriture de Hulanhe zhuan 呼兰河传(1942), œuvre douce-amère basée sur ses souvenirs d'enfance. Elle s'éteint à l'âge de 31 ans, après la prise de Hong Kong par les Japonais.


***
 
Couverture de l'ouvrage original aux éditions Jilin meishu 吉林美术出版社 (octobre 2007)
     


Mot de l'éditeur : 

Écrit au crépuscule de sa vie, dans la solitude d'un exil dû à la guerre, Souvenirs de Hulan He est le chef-d'œuvre de la poétesse Xiao Hong, étoile filante de la littérature chinoise du XXème siècle. Évocation nostalgique et lumineuse de la vie quotidienne de la petite ville de son enfance, ce récit teinté de tendresse et d'ironie fait ressurgir les figures et les motifs oubliés de la ruralité chinoise traditionnelle, sans se priver d'en critiquer vertement les multiples travers.

Chronique parue sur www.undernierlivre.net






dimanche 22 avril 2018

Un monde ordinaire illustré par Li Zhiwu

En 1999, le dessinateur Li Zhiwu 李志武 illustra une autre grande fresque romanesque intitulée "Un monde ordinaire" 平凡的世界, l'œuvre majeure de l'écrivain chinois Lu Yao 路遥 (1949-1992). Ce roman, fortement inspiré des expériences vécues par l'auteur, remporta le prix littéraire Mao Dun en 1991.


Couverture de l'ouvrage original chinois (2 tomes) 
Éditions des Lettres et des Arts d'Octobre Pékin 北京十月文艺出版社 :




L'histoire, qui débute à l'automne 1975, un an avant la fin de la Révolution culturelle, dans le Shaanxi, province dont est originaire l'auteur, raconte le passage à l'âge adulte d'un adolescent ordinaire, Sun Shaoping  孙少平, qui vit dans un village reculé du nord de la province. Afin d'achever ses études au lycée, il se rend à Yuanxi 原西, le chef-lieu du district. Sa condition modeste fait de lui un élève timide et peu sûr de lui. C'est alors qu'il tombe amoureux de Hao Hongmei 郝红梅, une de ses camarades de classe, issue, elle, d'une famille riche. Leur relation ayant été révélée à tout le monde par un de leur camarade, la jeune fille se voit contrainte d'y mettre un terme. Elle entame alors très vite une autre relation avec Gu Yangmin 顾养民,  le délégué de classe, qui est de même rang qu'elle. Après avoir obtenu son diplôme de fin d'étude, Shaoping décide de rentrer dans son village natal où il devient enseignant à l'école locale et se lie d'amitié avec Tian Xiaoxia 田晓霞, la fille de Tian Fujun 田福军, alors vice-président du Comité révolutionnaire du chef-lieu de district.
Shao'an, le frère aîné de Shaoping, qui travaille dans les champs depuis la fin de l'école primaire, tombe amoureux de Tian Runye 田润叶, son amie d'enfance et fille de Tian Futang 田福堂, le frère de Tian Fujun, qui dédaigne cette relation. La tante de Shao'an arrange alors à son neveu une rencontre avec He Xiulian 贺秀莲, la fille d'un de ses cousins très éloignés. Tous deux commencent à se fréquenter et retournent ensemble au village natal de Shao'an en vue de préparer leurs noces. Runye, quant à elle, obéit à son père et prend pour époux un certain Li Xiangqian 李向前.
Le père de Runye est le chef de leur village qui connaît, au cours de l'année 1975, d'énormes difficultés en matière de production agricole. Toutes les mesures mises en place par celui-ci s'avéreront inefficaces.

***

En 1976, après la troisième séance plénière du Comité Central du Parti Communiste Chinois, le gouvernement décide de mettre un terme à la Révolution Culturelle lancée dix ans plus tôt et modifie plusieurs principes du maoïsme. Le gouverneur de la province propose alors un nouveau "Système de responsabilité du ménage" qui vient contredire l'idée centrale du maoïsme. Futang, en grand défenseur du maoïsme, s'oppose à la mise en place de cette mesure mais il échoue. Les bouleversements qui touchent la nation chinoise toute entière font de lui un homme déprimé. Shao'an décide alors de monter une usine de briques et devient la personne la plus riche du village. Shaoping, lui, part chercher du travail dans une ville voisine et devient finalement mineur de fond. Il commence alors à fréquenter Xiaoxia qui obtient un poste de journaliste juste après ses études à l'université normale. Malheureuse dans son mariage avec Xiangqian, Runye rejette les marques d'affection que son mari lui témoigne. Après que ce dernier a perdu ses jambes dans un accident de voiture, elle change d'attitude vis-à-vis de lui et, fermement résolue à devenir une épouse exemplaire, elle finit par se rapprocher de lui. Lanxiang 兰香, la sœur cadette de Shaoping réussit, quant à elle, à intégrer la section d'astronomie de l'Université d'Industrie du Nord.


***

Tandis qu'à la mine, Shaoping reçoit une promotion, sa petite amie, Xiaoxia trouve la mort au cours d'un reportage qu'elle fait sur les inondations qui touchent une partie de la province. L'usine de Shao'an fait faillite à cause d'un faux technicien. Couvert de dettes, Shao'an, grâce au soutien de quelques amis, réussit à sauver son affaire et devient la personne la plus productive de toute la région. Blessé dans un accident minier, Shaoping se retrouve défiguré. Alors qu'il est en convalescence, Jin Xiu 金秀, la sœur de son bon ami Jin Bo 金波, lui révèle les sentiments qu'elle a pour lui et lui fait part de son désir de commencer une relation avec lui. Après mûre réflexion, Shaoping se dit que le pauvre mineur défiguré qu'il est devenu ne peut prendre Xiu pour épouse, une étudiante universitaire pleine d'avenir. L'histoire du roman se termine en 1985. 


Extraits de l'ouvrage original chinois : 







***

Lu Yao (1949 - 1992)


Lu Yao 路遥, Wang Weiguo 王卫国 de son vrai nom, est un écrivain chinois né dans le district de Qingjian清涧县 (province du Shaanxi). Il grandit dans une famille très pauvre avec ses six frères et sœurs et commence à écrire alors qu'il est étudiant. Diplômé du Département de chinois de l'Université de Yan'an 延安 en 1973, il devient par la suite éditeur pour le magazine Yanhe 延河杂志. En 1982, il publie "Vie" 人生, roman qui sera adapté au cinéma deux ans plus tard. C'est à cette époque-là qu'il commence à devenir célèbre à travers toute la Chine. En 1991, il achève "Un monde ordinaire" qui restera son  œuvre la plus célèbre.  




dimanche 25 mars 2018

Au Pays du Cerf Blanc (version lianhuanhua) 白鹿原连环画

Au début des années 2000, paraissait en Chine, aux éditions des Beaux-Arts Populaires 人民美术出版社, le lianhuanhua 连环画 (bande dessinée traditionnelle chinoise) de "Au Pays du Cerf Blanc" 白鹿原, tiré du célèbre roman de Chen Zhongshi 陈忠实 (prix Mao Dun de littérature 1997) et illustré par Li Zhiwu 李志武, dessinateur au style bien particulier, originaire, tout comme l'auteur du roman, de la province du Shaanxi. 

Quelques années plus tard, en 2014, soit deux ans après la publication de la traduction française du roman, les Editions de la Cerise décidaient de s'attaquer à la version BD de ce roman fleuve et me chargèrent de la traduction. Grâce à l'ajout de nombreux dessins qui apportèrent beaucoup plus de clarté au déroulement du récit et au superbe travail éditorial de l'éditeur bordelais, la version française supplanta la version chinoise originelle. Le résultat fut d'ailleurs si probant que récemment, décision fut prise de rééditer ce lianhuanhua en Chine à partir de la version française. La tâche revint aux Editions des Lettres et des Arts d'Octobre Pékin 北京十月文艺出版社, maison d'édition pékinoise fondée en 1983.


Li Zhiwu

Qualifié par les médias chinois de dernier porte-étendard du lianhuanhua traditionnel chinois 中国传统连环画最后旗手, Li Zhiwu, né en 1962 à Yan'an  dans la province de Shaanxi, est surtout connu pour avoir illustré les deux grandes fresques romanesques que sont "Au Pays du Cerf Blanc" (bai lu yuan 白鹿原) et "Un Monde Ordinaire" (pingfan de shijie 平凡的世界) de l'écrivain Lu Yao 路遥.  


Couverture de la nouvelle édition chinoise (2017) :



Interview de Li Zhiwu réalisée par Laurent Melikian pour le site ActuaBD : 

http://www.actuabd.com/Li-Zhiwu-Au-Pays-du-Cerf-blanc

Article (en chinois) sur Li Zhiwu :



Couverture de l'édition française (premier tome, paru le 10 avril 2014) :





Présentation de l'éditeur : 

À une journée de marche de l'antique cité de Xi'an, se trouve le pays du Cerf blanc. En son chef-lieu de Bailu, la vie s'écoule au rythme des saisons et des travaux des champs, tandis que la vieille rivalité qui oppose les deux familles des Bai et des Lu ne manque pas de suivre le fil du calendrier rituel ni d'obéir à l'alternance des mariages, naissances et enterrements. Quand survient la fin de l'Empire en 1911, la querelle villageoise va se mettre au diapason de l'Histoire et s'alimenter peu à peu du trouble jeté par la succession des épisodes révolutionnaires... Devenu un classique de la littérature chinoise contemporaine, le célèbre roman de Chen Zhongshi trouve ici, par la grâce du pinceau de Li Zhiwu, une adaptation graphique à la mesure de son univers foisonnant.

Adaptation : Lu Yumei
Traduction du chinois et annotations : Grégory Mardaga
Suivi de projet : Yohan Radomski


Liens vers les éditions de la Cerise :



Couverture de l'édition française (second tome, paru le 21 juillet 2015) :


Présentation de l'éditeur :

Suite et fin de cette grande fresque au cour de la Chine profonde. Avec la succession des famines, épidémies et nouveaux pouvoirs, les destins des deux clans rivaux Bai et Lu se retrouvent emportés dans le fracas des luttes entre seigneurs de la Guerre et le cruel déchirement des anciens frères nationalistes et communistes.

Extraits :



Article paru dans le MONDE diplomatique, daté de septembre 2015 :




Article paru sur sudouest.fr, daté de juin 2015 :




Article de Jérôme Briot pour le magazine Zoo :





Article de "La nouvelle dans la littérature chinoise contemporaine" :


Article du Centre Culturel Chinois à Paris (en chinois) :


Li Zhiwu à l'Alliance française de Shanghai (20 août 2016) :





Article paru sur le site d'Eclairs (revue numérique d'Ecla) :









L'histoire illustrée de Cang Jie, le créateur légendaire des caractères chinois

Visuel de l'édition française Cang Jie, l'inventeur de l'écriture chinoise en vente sur Amazon Cang  Jie, l'inven...